Rencontres 2018

 

DÉBRAYAGE

 

   La chose la plus difficile justement à saisir, c’est qu’on bâtit quelque chose qui n’est pas provisoire, mais précaire [...]. Mais dans un univers trop marqué par une rationalité un peu réduite, ça ne fait pas sérieux de dire qu’on travaille dans le précaire pour répondre à la question de ce qu’on fait.

Jean Oury

Droits réservés

   Cette année, suite aux rassemblements de juin, le Collectif Encore Heureux... propose un temps de rencontres afin de prolonger les gestes accomplis et rejoindre les interrogations survenues à cette occasion. Le choix du titre de ces rencontres nous invitera à partager des inquiétudes quant au devenir du travail social, des collectifs constitués et des objets culturels, à penser la matière du temps au cœur des espaces politiques, à la nécessité d’accueillir et de fédérer à rebours des nouvelles disciplines du travail et des horloges synchronisées. Si le temps de la vie au sein de l’économie-monde commence à l’école maternelle et se termine désormais pour « les enfants gâtés de l’occident » dans ces établissements appelés EHPAD, qu’en est-il en réalité pour celles et ceux pour qui ça ne va pas tout à fait de soi ? Les portes de La Fonderie s’ouvrent cette année à quelque chose qui ne trouvera pas résolution le temps des rencontres, mais qui est appelé à s’étirer d’un seuil à l’autre à l’image d’une toile souple aux contours flous mais solide.

 

SAMEDI 3 NOVEMBRE À 17H

 

Déroulé d’amours abricotinées

OUVERTURE PUBLIQUE

 

Atelier Théâtre Les Volontiers - Compagnie Auguste Burin

 

   La troupe de théâtre Les Volontiers, abritée par la Fonderie depuis 2013, croise, échange et entretient des relations privilégiées avec le Collectif Encore Heureux... Des invitations mutuelles se déclinent lors des temps de rencontres ou de présentations initiés par l’un ou par l’autre.

 

   Les Volontiers ont repris leur Atelier de théâtre en septembre. Ils donneront leur 3e représentation de Déroulé d’amours abricotinées juste en amont des rencontres Encore heureux...

 

  AVEC Frédéric Blottière, Lynda Buain, Fabien Cassé, Mickaël Guédé, Stéphane Juglet, Jérôme Lebled, Jocelyne Lediguerher, Laurent Lemaître, Lindsay Papin, Stéphane Perlinski, Clément Villa et Pascal Vovard

  ACCOMPAGNÉS DE Frode Bjornstad, Claudie Douet, Jean Guillet, Victoria Horton, Pierrick Lefranc et Eric Minette

 

Une vie nouvelle ça a de la gueule

                       Beaucoup de choses à oser

Mon amour allons dans le ciel

               Le temps est cruel

L’amour est déclaré

                                           Il faut de la vigueur aux idées

Clément Villa, 2017

 

 

 

Soutiens : Ville du Mans, Conseil Départemental de La Sarthe, DRAC/ARS des Pays de La Loire, le Conseil Régional des Pays de La Loire et La Fonderie.

Droits réservés

 
 

DU 5 AU 9 & DU 12 AU 16 NOVEMBRE de 10H À 17H

dans le Grand Hall de La Fonderie

MonstreS

EXPOSITION & ATELIER DE MODELAGE

 

   Cet atelier se propose de poser un cabinet de curiosité sur le thème des monstres. C’est une action évolutive collaborative agrégative, rassemblant tout public, à laquelle ont déjà participé et participent l’IME de l’Hardangère, la classe ULIS Jean Macé, les compagnons-potiers de l’ESAT de la Flèche, l’IME Malécot, la MJC Prévert du Mans, la MAE de Sablé, qui se poursuit pendant les rencontres Encore heureux...

 

   L’atelier, posé en Fonderie, interroge à chaque rencontre, le travail collectif et le(s) collectif(s) au travail, et ce qui ensuite sortant de l’atelier fait œuvre. L’atelier à nouveau s’ouvre à tous et à toutes pour une nouvelle création collective qui se propose d’être surtout une occasion de prendre le temps de se rencontrer pour imaginer des futurs possibles.

 

   Si vous avez croisé des monstres, il vous est proposé :

- d’en témoigner, en réalisant une fiche d’identité de la créature, en relevant ses habitudes, son habitat, son mode de vie. La fiche d’identité comportera une représentation graphique.

 

- d’en capturer la forme à l’aide d’argile, de papier mâché ou plié, afin de réaliser une taxonomie des formes de vie insoupçonnées jusqu’à nos jours... 

Droits réservés

Inutile de pleurer LALALA...

EXPOSITION

 

Dessins effectués en atelier par les enfants de la classe Ulisde l’école Jean Macé.

 

   Au sein du compagnonnage entamé il y a trois ans déjà entre le collectif et cette classe élémentaire Ulis qui accueille des enfants dits « à problèmes », nous essayons de conjurer l’ennui tout en prenant au sérieux une notion sentimentale : la vacance. Il s’agit ici de gestes « pour rien » effectués par ces enfants qui tracent au cœur d’images qui nous préexistent, des lignes repérées par leurs mains. Le Collectif Encore Heureux... envisage une publication de ces dessins sous la forme d’un cahier.

 

Classe ULIS / Collectif Encore Heureux...

LES ENFANTS : Enzo Ruflet, Lorrenzo Fourmy, Anna Bal, Chloé Gateau, Gladis Choquet, Stanislas Rosse-buan, Muharem Abazi, Hussein Osmani, Tadjeddine Goumidi, Wassil Beluafi, Lenny Bondon, Matéo Devanne.

LES ADULTES : Élie Baissat, Stéphanie Béghain, Olivier Derousseau, Angelina Malabry, Liliane Mayala (stagiaire AESH) et Romane Porteboeuf.

 

Il faut tenter de voir au cœur de ce qui nous aveugle, ce

qui s’appelle « penser ».

Jean-Luc Nancy

Droits réservés

 

MARDI 6 DE 14H À 17H, MERCREDI 7 DE 10H À 13H & 14H À 17H, JEUDI 8 NOVEMBRE de 14H À 17H

 

L’atelier en commun

ATELIER

   Une initiative concentrera toute notre attention, envisagée sous la forme d’un Atelier en commun : un atelier de fiction radiophonique en compagnie de l’œuvre de Walter Benjamin intitulée Charivari autour de Kasperl. Le chantier s’ouvrira en novembre 2018 et se poursuivra tout au long de l’année dans les différents lieux et structures jusqu’en juin 2019, pour nous mener au partage d’une écoute publique et d’une mise en onde à la Fonderie.

Charivari autour de Kasperl, une pièce radiophonique de Walter Benjamin.

 

   L’Atelier en commun se déploie à partir d’une pièce écrite pour la radio au tout début des années 1930 par Walter Benjamin. Il s’agit d’une expérimentation sonore (Hörspiel), d’une fable, dans laquelle le personnage de Kasperl, alors qu’il est simplement sorti de chez lui pour acheter un poisson, est poursuivi à travers les rues d’une grande ville par les autorités et les notables de la ville. Dans le texte, nombre de didascalies évoquent les sons de la ville, les rues, le zoo, etc.

 

   Les premières lectures de ce texte auront lieu en compagnie de l’atelier de lecture de l’hôpital de jour de Bondy, d’un groupe de lecteurs de la clinique de La Borde de Cour-Cheverny, d’un groupe de l’atelier d’écriture du GEM d’Épinay-sur-Seine et de l’atelier Exploratoire, mené depuis 3 ans avec des membres du Collectif Encore Heureux... et des habitants du Mans.

Droits réservés

 

   Il s’agira à partir des évocations sonores de Benjamin d’imaginer une partition qui apparaîtra au fur et à mesure des présences et de la fréquentation du texte. Un atelier d’écoute, permettant de situer l’œuvre de Walter Benjamin dans le répertoire musical et radiophonique des années 1930, des dictées de sons, prises de notes et explorations sonores faites dans les rues et les espaces publics du Mans, jetteront les bases de cet atelier. La découverte de ce texte s’accompagnera donc d’une rencontre avec l’ensemble Offrandes, Martin Moulin, musicien, compositeur, et Samuel Boré, pianiste, tous deux compagnons de route des rencontres Encore Heureux... Depuis cinq ans, ils fabriquent pour celles-ci une « Pholharmonie » où l’attention est portée à la pratique collective concrète et au partage de l’histoire de la musique écrite.

C’est la première fois que j’entends ce que c’est la radio.

Kasperl

 
 

MERCREDI 7 NOVEMBRE À 20H

au cinéma Le Français 26 rue Gambetta au Mans

Les Cloches de Sainte-Marie

PROJECTION

Film de Leo Mc Carey, avec Ingrid Bergman et Bing Crosby, 1945

 

   Un institut éducatif tenu par des religieuses est menacé de destruction par un promoteur corrompu. Le vicaire O’Malley (Bing Crosby), dépêché par l’évêché à la co-direction de l’école, soutient une « dispute » avec la jeune mère supérieure (Ingrid Bergman) à propos de l’éducation des enfants qui les mène à travailler de concert. En demandant à chacun de « croire vraiment », O’Malley transforme ce qui aurait pu « n’être qu’un miracle » en une revanche sur ce qui « va de soi ». Le film montre le quotidien de la petite institution et des enfants ; avec subtilité et humanité, se dessine une conception de ce que l’on pourrait appeler un « espace constituant ».

 

Le cinéma comme le christianisme ne se fonde pas sur une vérité historique, il nous donne un récit, une histoire, et nous dit maintenant crois, non pas accorde à ce récit à cette histoire la foi qui convient de l’histoire, mais crois quoi qu’il arrive (...) ; tu as là un récit, ne te comporte pas avec ce récit comme avec les autres récits historiques.

Histoire(s) du cinéma chap.1b – J.L. Godard

Droits réservés

VENDREDI 9 NOVEMBRE À 13H30

Décor sonore - Acte 2

EXPOSITION

 

En compagnie de l’IME Vaurouzé

 

 

Depuis les premières rencontres Encore Heureux..., le collectif travaille avec l’IME Vaurouzé. Ainsi nous avons accueilli depuis 5 ans des groupes d’une dizaine de jeunes, accompagnés de leur éducateur, Franck Boucher, pour des ateliers « bricolage » à la Fonderie

   Au cours des rencontres de juillet 2018, les jeunes de l’IME ont eu l’occasion d’organiser des visites publiques d’un « Théâtre d’ombres se transformant en exposition expressionniste » à l’intérieur de laquelle on pouvait voir un film retraçant l’histoire des ateliers, regarder des maquettes à l’échelle 1/10ème d’un décor sonore construit en 2017, et écouter des lectures de textes écrits au cours de l’atelier.

   Nous consolidons aujourd’hui les liens qui unissent La Fonderie et l’IME Vaurouzé en accentuant le mouvement entre ces deux lieux. En octobre et novembre 2018, l’exposition voyagera entre la Fonderie et l’IME et sera réinventée avec l’atelier bricolage de l’IME, dans la perspective d’une inauguration publique le vendredi 9 novembre 2018.

 

   Au sein de l’Atelier en Commun, pour la création sonore Charivari autour de Kasperl de Walter Benjamin, le groupe de l’IME participera à l’invention et à la construction d’un studio radio, d’une cabane de bruitages, d’un « phonogène »..

Droits réservés

 
 

VENDREDI 16 DE 17H À 20H & SAMEDI 17 NOVEMBRE DE 14H À 19H

 

Rencontres Le Beau Mariage

ATELIER GÉNÉRAL

 

En présence du collectif des Blouses noires de Rouen, du collectif psy-soin-accueil, du collectif La Trame de Seine-Saint-Denis, des Ceméa Pays de Loire, du collectif La Parole Errante Demain de Montreuil, du collectif La Belle Brute de Lille, d’Antoine Ménard (psychologue), de Bernard Aspe (philosophe)...

 

   Cette deuxième semaine des rencontres consistera à partager un ensemble d’enjeux autour des gestes fragiles et indispensables que nous avons tenté d’inscrire à La Fonderie depuis plusieurs années. Sensibles à l’hypothèse que les terrains psychiatriques, politiques, artistiques, littéraires, « tout cela va ensemble », nous avons constaté qu’un atelier existe lorsque s’instituent (provisoirement ou non) des circulations entre le soin, les présents, l’imaginaire et le collectif.

 

   Lors de cette deuxième semaine, nous convierons travailleurs sociaux, usagers, militants, à partager ces questions :

            - Y a-t-il une politique de « l’atelier », écoute inquiète, souci d’égalité, enjeux poétiques, exigences formelles, accueil des impossibilités, astuces à trouver, traces à faire et marges à dire, construction d’un temps nécessaire à l’appropriation et au dévoilement des possibles ?

           - Comment ces possibles se mesurent, se conjuguent, voire entrent en conflit avec le temps du travail et des horloges synchronisées ?

             - Comment construire entre les lieux des pratiques qui ne soient pas que temporaires ou assujetties aux politiques libérales et ouvrent des espaces constituants ?

             - Qu’est-ce que faire œuvre commune ?

 

   Pendant ces rencontres, les invité(e)s pourront à partir de leurs tentatives mettre ces questions en récit et en perspective.

LICENCES 1-1004663 / 2-1004664 / 3-1004665

Invitations et présences aux Rencontres Encore heureux... 2018

 

IME Vaurouzé Adapei 72 (Le Mans), GEM Téjira, GEM’s Loisir, GEM Différents et ensemble, (Le Mans), Association Humapsy, Association 1&1 (Lille), Château en santé (Marseille), classe ULIS de l’école Jean Macé (Le Mans), Fanny Béguéry et Adrien Malcor - Enfantillages outillés, Hôpital de jour Le Presbytère (Bondy), Clinique de La Borde-Cour Cheverny, Les Volontiers (Le Mans), Ensemble Offrandes (Le Mans), Radio Grenouille (Marseille), Librairie Michèle Firk (Montreuil), Atelier Hors champs (Le Mans), collectif Psy Soin Accueil (Paris), Le collectif Les blouses Noires (Rouen), Esat de la Flèche, Ceméa des Pays de Loire, La Trame (Seine-Saint-Denis), GEM Le Rebond (Épinay-sur-Seine), Bernard Aspe, Radio Bruits de couloir (Saint-Denis), Radio Tisto (Antony), Radio-Là (Marseille) ainsi que l’atelier d’écriture du GEM de Saint-Denis, Savine Faupin et Christophe Boulanger (conservateurs de la collection d’Art Brut du LaM de Villeneuve d’Ascq), collectif La Belle Brute (Lille), collectif La Parole Errante Demain (Montreuil).

 

   Encore Heureux... est pour la sixième année accueilli par la Fonderie, porteuse de ce mouvement.

 

Il est constitué d’Élie Baissat, Stéphanie Béghain, Laurence Chable, Aurélie Chaigneau, Olivier Derousseau, Claudie Douet, Linda Felkaoui, Leïla Lemaire, Jean-Baptiste Leroux, Clément Longin, Patrick Mahieu, Matthieu, Clarisse Monsaingeon, Christophe Mugnier, Pascale Nandillon, Olivier Nourisson, Frédéric Tétart, Tristan Varlot.

 

Avec les complicités de Pavel Baybay, Agnès Bedet, Pascal Bence, Nathalie Bernard, Samuel Boré, Franck Boucher, Leïla Djedid, Fathi Mohamed Ahmed Ebrahim, François Fauvel, Jean Guillet, Morgane Manceau, Martine Minette, Martin Moulin, Jimmy Péchard, Romane Portebœuf, François Tanguy, Clara Thirouard.

 

collectif.encoreheureux@gmail.com

 

À ce jour, l’initiative Encore Heureux... est soutenue par la Ville du Mans, le Conseil Départementale de la Sarthe, la Direction Régionale des Affaires Culturelles des Pays de La Loire (ARS/Culture), le Conseil Régional des Pays de La Loire, la Fondation Jeanne Mialhe, la Fondation de France et La Fonderie.